Les implants expliqués

 

technique implants dentaires Les techniques implantaires ont pour but de préserver les dents saines adjacentes aux dents absentes qu’il faut remplacer. C’est aussi la bonne solution pour servir de support à une prothèse dite amovible en la rendant fixe.

 

Les premiers implants datent des années 1970. Depuis de nombreux progrès ont été accomplis. Il existe une centaine de fabricants proposant des gammes variées à tous les prix. Le choix ne peut se faire sur le prix. Il doit se faire à partir d’un diagnostic précis et sérieux tenant compte de l’environnement buccal, de la qualité des tissus, de l’espace disponible, et de l’épaisseur nécessaire en rapport à la force exercée.

 

Il est parfois même nécessaire de faire appel à des techniques d’orthodontie adulte afin de recréer de l’espace avant d’effectuer la pose. Seul un praticien disposant d’un réseau de compétence autour de lui ainsi que de méthodes d’investigation modernes pourra décider du modèle et de la marque de l’implant le mieux adapté dans « votre » cas.

 

L’implant a pour fonction de remplacer une racine naturelle manquante suite à une extraction. Il évite ainsi que les dents latérales se couchent progressivement par manque d’appui et déstabilisent l’ensemble de l’occlusion. Dans ce cas le coté opposé qui est plus sollicité risque de s’user prématurément.

 

L’implant est une racine artificielle qui s’intègre parfaitement à l'organisme avec un taux de réussite en France qui frôle les 99%.

 

La prothèse pourra ensuite être mise en place soit en technique immédiate soit après cicatrisation de 3 à 6 mois selon les cas.

 

 

Conditions

 

La solution implantaire requiert certaines conditions :

• La compatibilité de votre état de santé général (contre-indications majeures : grands fumeurs, diabète non-équilibré...)

 

Mais surtout :

• Un espace suffisant est nécessaire en épaisseur et en largeur. Il est préférable d'implanter rapidement car votre racine naturelle ayant disparue depuis un certain temps, il est possible que l’os se soit résorbé, ce qui rendrait impossible la pose d’un implant.

 

 

Trois étapes

 

1- Phase chirurgicale

Si votre volume osseux est suffisant, la première étape consiste à préparer dans votre mâchoire un site dans lequel l’implant sera enfoui. Suivant la complexité de cette intervention chirurgicale, elle sera effectuée soit sous anesthésie locale, soit sous anesthésie générale après conseil d’un médecin anesthésiste.

 

2- Phase d’osteo-intégration

La seconde étape dure de 3 à 6 mois et consiste à laisser l’os se reconstituer autour de cet implant afin d’obtenir un cal osseux, comme lors d’une réparation de fracture : c’est l’ostéo-intégration.

 

3- Phase Prothétique

Une fois l’implant ostéo-intégré, il nous servira d’appui pour poser une prothèse qui aura alors les mêmes fonctions qu’une dent naturelle : vous pourrez mâcher et sourire avec la même aisance.